Servizi

Suivi des travaux des organes directeurs

Da : « Conseil de direction » -10 session – Genève, Suisse, 11-13 octobre 2004
Compte rendu résumé
Suivi des décisions et des mesures prises par le Conseil de direction depuis la dernière session (rapports des Présidents et des Vice-Présidents) et présentation des rapports des réunions régionales comme la Conférence méditerranéenne

Le docteur Barra (Italie), Vice-Président de la Fédération, rappelle avoir été nommé au Conseil le 29 avril 2004 et rend hommage au rapport de M. Gabr qu’il considère comme un mentor en sa qualité de Vice-Président. Il dit avoir été impressionné par l’organisation de la Conférence méditerranéenne, dont le mérite revient au Croissant-Rouge égyptien, et par l’enthousiasme des jeunes de la Société nationale de ce pays. Une conférence qui célèbre avec succès la diversité de la région est chose encourageante. En 2005, la Croix-Rouge italienne hébergera une importante conférence de la jeunesse, qui accueillera quelque 300 délégués de la région méditerranée.

Il s’associe aux propos du professeur Gabr et d’autres orateurs quant à la place centrale qu’il faut donner au VIH/sida, une question que la Fédération a traité tardivement par rapport à la société civile et à d’autres organisations humanitaires. L’organisation doit oeuvrer sans désemparer pour que les six millions d’individus souffrant du sida aient accès à une thérapie; pour ce faire, elle pourra recourir à des moyens novateurs et moins classiques de prévention de la maladie – un programme de ce type a été mis en place à Rome pour les toxicomanes par voie intraveineuse.

L’orateur indique avoir représenté le Président à différents événements internationaux. L’élargissement de l’Union européenne a porté à 24 les Sociétés nationales représentées au Bureau de la Croix-Rouge à Bruxelles, et il exprime l’espoir que Chypre deviendra sous peu membre à part entière. Au Forum des donateurs, il a ressenti les inquiétudes des Sociétés les plus nanties et, en particulier, celles des trois Sociétés qui paient 45 % des contributions.

Le problème que constitue la Croix-Rouge américaine préoccupe toutes les Sociétés. Il est vital que toutes les Sociétés nationales contribuent à la Fédération. Il estime que le Mouvement, bien connu dans le monde, pourrait former des partenariats avec d’autres organisations et il a lui-même tenté d’encourager ce genre de rapports en entrant en contact, notamment, avec la Fondation Gorbachev.

Autres rapports présentés par des membres du Conseil de direction
Le docteur Barra (Italie), Vice-Président de la Fédération, se demande si le fait de dire aux jeunes qu’ils sont «l’avenir» n’est pas une façon aimable de leur dire qu’ils ne sont pas le présent. Il pense que la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge devraient s’employer davantage à rassembler les jeunes, comme le fait l’église catholique.

Il faut encourager la Commission de la jeunesse à jouer un rôle politique. Il souscrit au rapport de Tarragone et convient qu’il devrait y avoir un suivi des réunions régionales et d’autres réunions de jeunes. Il a le sentiment que bien des jeunes actifs dans leur Société nationale ne connaissent pas le côté international de la Fédération. Il est convaincu que les jeunes ont beaucoup à apporter à l’action du Mouvement, comme le prouvent les efforts qu’ils déploient en matière de prévention du VIHlsida.

Il encourage la Commission à prendre l’initiative et à constituer des groupes de discussion internationaux de jeunes. Même si des jeunes quittent le Mouvement, ils emporteront avec eux les Principes fondamentaux de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ce qui, à coup sûr, constitue un bon résultat pour la Fédération. (Segue alla pagina successiva >>)

,